#

Ces 2 roues qui viennent bousculer le « Métro Boulot Dodo »

Si la voiture partagée est un phénomène qui séduit de plus en plus d’usagers, le vélo, le scooter ou la trottinette, possédés par leurs utilisateurs, ou en service partagé,  sont des transports alternatifs qui connaissent aussi un succès croissant.

De nombreuses villes ont depuis longtemps intégré à leur réseau urbain une offre de cyclopartage. C’est le cas depuis 2009 à Bruxelles avec Villo, propriété de JCDecaux, leader mondial du vélo en libre-service : 5.000 vélos disponibles dans 360 stations réparties dans les 19 communes de la ville pour 37.500 abonnés. A Anvers, Velo Antwerpen assure ce même service. Dans certaines villes comme à Gand, c’est la solution Blue-bike qui est privilégiée. Blue-bike, passé récemment des mains de la SNCB vers De Lijn, est un service de location de vélo installé dans 57 stations en Belgique souvent à la sortie des gares. A la différence d’un service comme Villo ou Velo Antwerpen, le vélo doit, dans ce cas, revenir à l’emplacement d’origine. A Namur, 31 stations réunies sous l’enseigne Li Bia vélo (Le beau vélo en wallon) mettent à disposition des usagers plus de 240 vélos.

Plus récemment, de nouvelles sociétés ont lancé leur flotte de vélos. On ne parle plus de stations où les vélos sont parqués mais de vélos disponibles en free-floating et que vous déverrouillez avec votre smartphone. Le grand danger pour ces flottes de bicyclettes, c’est le vandalisme. Gobee bike l’a récemment expérimenté et a d’ailleurs dû se retirer de Bruxelles et d’autres villes dans le monde pour cette raison. Reste aujourd’hui Billy bike en phase de test à Bruxelles avec 160 vélos de couleur bleu ciel et noir. Quant à O bike, ils offrent leur service de vélos en free floating dans le monde entier et sont présents à Bruxelles depuis fin 2017 avec 900 vélos de couleur orange et gris.

A côté du cyclopartage en station ou en free-floating, on trouve également une offre de scooters électriques partagés. Europcar s’est lancé avec son offre Scooty à Bruxelles et Anvers tandis que D’Ieteren a mis 25 scooters électriques en circulation à Anvers sous l’enseigne Poppy qui déploie également des voitures partagées 100% électriques. Les amateurs noterons que l’initiative Start2ride (http://www.start2ride.be/fr/) de la FEBIAC facilite l’apprentissage des 2 roues par un programme en 6 étapes.

Plus innovant encore, une offre de trottinettes partagées a récemment débarqué en Belgique et est opérationnelle à Anvers, Bruxelles et Liège. La société Troty, présente aussi à Madrid et Varsovie, a ainsi déployés ses trottinettes électriques en free floating, selon un modèle comparable à son grand-frère américain bird (bird.co), déjà implanté sur le sol US, et à Paris chez nos voisins.

Ces nombreuses solutions devraient encourager l’usager à tester ces alternatives par ailleurs compatibles avec d’autres moyens de transport. L’intérêt est en effet de disposer de plusieurs solutions pour parfois boucler un même déplacement. Le futur de l’intermodalité passe donc par un renforcement de ces offres et une intensification de leur usage.


Avec le soutien de ...